Revue rapide de mes objectifs EF (Système EOS)
retour page matériels

Le CANON EF100mm f/2.8 Macro USM

Lancement Avril 1990
Prix de lancement au Japon 72.200 yen
Angle de champ (horiz., vert., diag.) 20°, 14°, 24°
Construction 9 groupes / 10 éléments
Diaphragme 8 lames
Ouverture minimale 32
Moteur Autofocus USM
Distance de mise au point mini 0,31 m
Rapport de reproduction maximum x1
Diamètre filtres 52 mm
Parasoleil
ET-67
Etuis souple LP1219
Etuis rigide non
Porte-gélat. III (para III*)
(4)
Porte-gélat. IV (para IV*)
(4)
Diamètre x Longueur (mm) 75 x 105,5
Poids 650 g

Introduction

Les objectifs macro sont des objectifs calculés pour se comporter de manière efficace à de forts grossissements. Le piqué doit être excellent, sur tout le champ et la déformation géométrique contenue à un niveau proche de zéro.
Le Canon EF 100mm f/2,8 Macro USM ne déroge pas à la règle.
La focale de 100mm est un bon compromis entre les 50mm/60mm macro qui proposent des distances lentille frontale/sujet un peu courtes (quelques centimètres) et le très onéreux EF 180mm f/3,5 L Macro USM qui lui réclame des vitesse d'obturation élevées quand il est tenu en main (travail sur pied lourd obligatoire) ou que le sujet bouge.

Construction

Sans être un série L, le 100mm f/2,8 USM Macro n'est est pas moins très bien construit. L'impression dégagée est bonne et on sent l'objet massif et solide. Le fut est noir, en plastique armé haute résistance est très bien fini. A la base du fût, une gorge permet de monter l'objectif sur un collier de pied (non fourni).
L'autofocus de type USM est très rapide, très silencieux et très précis. En macro, cela est d'un intérêt limité (encore que), mais comme cet objectif est également un petit téléobjectif à portrait lumineux et très performant en mise au point longue, l'USM a retouche manuelle du point est une bonne nouvelle.
Un commutateur permet de limiter la plage de recherche du point afin d'accélérer la mise au point.
La bague de mise au point est douce, précise et la retouche du point est possible en mode AF one-shot. La démultiplication de la bague de mise au point est bonne car elle est assez rapide tout en permettant une mise au point précise. Bien entendu un commutateur permet de désactiver l'autofocus. Il possède une échelle de distance sous une petite fenêtre de protection. Des rappels de profondeur de champ à f/22 ornent la petite fenêtre.
Une excellente construction qui laisse présager des performances de tout premier plan.

Optique

Le rapport de reproduction normal offert par ce 100mm macro est de 1:1. Un objet a donc la même taille sur le capteur qu'en réalité. Cela veut dire, et c'est important, qu'un timbre de 2cm par 3cm formera une image de 2cm par 3cm au maximum sur le plan film. Si le capteur est plus grand, il en prendra la totalité, sinon, il en conservera une partie seulement. On ne peut donc pas dire que, monté sur un capteur de type APS-C (17mmx22mm), il propose un rapport de reproduction de 1,6.
La formule optique de cet objectif est particulièrement soignée et compte 12 lentilles en 8 groupes mais sans verres spéciaux.
La distance de mise au point minimale est de 31cm, ce qui donne une distance de travail lentille frontale/sujet confortable d'environ 15cm au rapport 1 :1. Il est important de noter que l'objectif ne s'allonge pas et que le fût avant ne tourne pas pendant la mise au point. Très appréciable en macro où l'on travaille malgré tout assez près de ce que l'on photographie.
Les performances optiques sont d'un niveau très bon dès la pleine ouverture sur tout le champ (les centre est toujours un tout petit peu meilleur que les bords) pour devenir excellentes à partir de f/4 et atteindre un optimum à f/5,6.
Les performances sont excellentes tant au niveau du piqué, que de la distorsion (inexistante), des aberrations chromatiques (négligeables dès f/2,8), du vignettage (0,6 IL à f/2,8 puis négligeable ensuite) ou encore de la neutralité chromatique. Normal, me direz-vous, c'est un objectif macro. Certes, mais un très bon alors vous répondrai-je.
Le diaphragme à huit lamelles et l'ouverture de maximale de f/2,8 permettent d'obtenir de très beaux flous d'arrière plan.
Le comportement de ce très bon objectif macro sur des sujets éloignés est tout aussi exceptionnel qu'en macro. Il offre des performances tout aussi remarquables ce qui le rend de fait très polyvalent : objectif macro et petit télé lumineux pour le portrait par exemple. Une légère sensibilité au flare (il n'y a pas de traitement des lentilles ce qui est réservé aux L) incite à lui adjoindre systématiquement le pare-soleil fourni, lequel est très efficace dans cet exercice.

Divers

Le 100mm macro USM est livré avec son pare soleil (ET67) et son étuis souple LP1219. L'avant de l'objectif permet d'y fixer directement les excellents mais très chers flashes macro Canon MR-14EX et MT-24EX.

L'objectif est livré sans collier de pied, lequel s'achète séparément pour une petite fortune (210€ au tarif officiel 2007). Il est intéressant de noter que ce collier de pied appelé Type B est une version noire du collier de pied de que l'on trouve sur les 300mm f/4 L IS USM et 70-200mm f/2,8 L IS USM auquel est ajoutée une bague intérieure en plastique. D'autre part, il est amusant de noter que le collier de pied Sigma qui est vendu avec l'excellent 70-200mm f/2,8 EX APO HSM fonctionne parfaitement sur cet objectif.


Le collier de pied de type B,
avec l'insert en plastique qui le dédie
au 100mm Macro

J'ai essayé de me procurer cette bague seule (je possède déjà 2 colliers de type B blancs, certes), je n'y suis toujours pas parvenu, même en passant par le CPS. Je ne perds pas espoir.

Conclusion

Le EF 100mm USM Macro est un excellent objectif macro, aux performances optiques excellentes (son piqué est exceptionnel), polyvalent (utilisable en photographie standard) et très bien construit.
L'objectif et proposé à 669€ au tarif officiel 2007 (550€ au marché gris). C'est une somme certes, mais il mérite franchement l'investissement !

retour page matériels